1/10/12 - Fin du mois de septembre, fin de mon voyage, fin de ce blog. A bientôt !

September is over, so are my trip and this blog. See you !

30/9/12 - Nightmare in progress

28/9/12 – Mohammad pose dans son salon avec sa femme et ses quatre filles, juste après nous avoir montré une pile de documents soigneusement conservés : passeports, cartes d’identité, certificats d’employeurs, de scolarité, et même factures de gaz… « Toute ma vie », résume-t-il, et autant de preuves qu’il est bien jordanien. Pourtant, il y a six ans, l’administration a refusé de renouveler son passeport, sans lui donner d’explications ni accéder à ses nombreux recours. Comme lui, au moins 3 000 Jordaniens d’origine palestinienne ont été déchus de leur nationalité ces dernières années (lire le rapport d’Human Rights Watch publié en 2010 sur la question).

Mohammad sits with his wife and four daughters for a picture, right after showing us a pile of papers carefully stored : passeports, identity cards, work and school certificates, even gas bills. « My whole life is here », he sums up. Each document is a proof that he is a Jordanian citizen. Yet six years ago, he could not get his passeport renewed. He never learned why, nor managed to get it back, despite applying more than 10 times. Like Mohammad, at least 3 000 Palestinian-origin Jordanians lost their nationality in the past few years (Here is a 2010 Human Rights Watch’s report on the matter).

27/9/12 - Petra

26/9/12 – Petit matin dans les environs de Petra, Ghassab termine sa nuit. Enfant, il vivait dans les caves du site nabatéen, comme de nombreux autres bédouins. Tous ont été priés de déménager à la fin des années 80, et ont été relogés dans un village des environs. Vingt ans plus tard, Ghassab a décidé de retourner vivre dans une cave nabatéenne, hors des limites du site protégé cette fois. Outre une dizaine de chats, il héberge les couchsurfers de passage.

The sun rises in Petra and Ghassab slowly wakes up. He spent his childhood in Petra’s caves, as many other bedouins. All had to leave the site in the late 80s, and were resettled in a village nearby. Twenty years later, Ghassab decided to live again in a nabatean cave, this time outside of the protected area. Beside a dozen cats, he hosts the couchsurfers passing by. 

25/9/12 – Coucher de soleil dans le Wadi Rum.

Sunset in Wadi Rum.

24/9/12 – L’Aqaba railway company nous a gentiment permis de voyager sur ses rails à bord d’un petit wagon datant de 1972. Il sert d’ordinaire à transporter les personnes travaillant à la maintenance de la ligne de chemin de fer. Ces rails ne sont utilisés que pour transporter le phosphate des mines proches de Ma’an jusqu’à Aqaba. Après 5h de route à travers le désert, nous sommes arrivées sur les rives de la mer rouge.  

The Aqaba railway company did kindly let us travel on board of a small trolley built in 1972, otherwise used by the maintenance staff. The railway is only used in order to bring the phosphate from the mines close to Ma’an up to Aqaba. It took five hours across the desert to reach the red sea Harbour. 

23/9/12 – Une dernière photo d’Amman avant de partir quelques jours à Petra et Wadi Rum. Chaque après-midi à partir de 3h30, des volées de pigeons dessinent de larges cercles dans le ciel. Chaque kashashin (éleveur de pigeons) lâche ses propres oiseaux tout en essayant d’attirer les pigeons des autres. Larcins et coups tordus font partie intégrante de ce jeu. Lire cet article du New York Times pour ceux qui veulent en savoir plus.

One last picture of Amman before disappearing for a couple of days in Wadi Rum and Petra. Every afternoon, starting at around 3:30, you can see flocks of piegons circling above the city. Each kashasheen (pigeon trainer) release his own birds while trying to attract birds from others. Stealing is fully part of the game. Learn more with this New York Times’ article.

22/9/12 - Veille de mariage à Jabal Al-Naser.

Wedding in Jabal Al-Naser.

22/9/12 - Dans le centre d’Amman, les shoppeuses ont le choix entre tenues d’infirmières et hijab, les deux n’étant évidemment pas incompatibles.

In downtown Amman, you get to choose between nurses outfits and veils, unless of course you need both.

UA-34658863-1